]> EnroWiki : LivresLus2014

EnroWiki : LivresLus2014

HomePage :: BiblioManage :: RecentChanges :: RecentlyCommented :: UserSettings :: You are ec2-54-81-76-127.compute-1.amazonaws.com

2014

- Xavier Mauméjean. La Vénus anatomique. 2004 (Le Livre de poche, coll. "Science-fiction")
- René Sussan. Les Insolites. 1984 (Denoël, coll. "Présence du futur")
- Thomas Day (dir.). Les Continents perdus. Anthologie. 2005 (Denoël, coll. "Lunes d'encre")
- Paul West. Le Médecin de Lord Byron. 1989 (Rivages, coll. "Bibliothèque étrangère")

— Après tout, mon cher Polly, n'êtes-vous pas le médecin ? Quand j'ai besoin d'être soigné, je veux le traitement simple, banal, et non point l'une de vos chimères auxquelles il manquera toujours quelques petites livres de poudre d'ange pour produire un miracle. Crevez l'abcès ! ébouillantez la plaie ! Je n'avais pas imaginé que la médecine était si raffinée à Edimbourg. Le diable me garde de tranchelards trop futés ! (p. 32)

À l'époque, Edimbourg était la capitale de la médecine ; l'aristocratie écossaise entrait et sortait à sa guise des salles d'anatomie et regardait les cadavres à l'étude, comme si la leçon était un divertissement pour âmes blasées. Quant aux indigents, ils n'arrivaient jamais là-bas vivants. Jamais apparemment nous n'avions eu un riche cadavre. Ou quand les riches, l'élite, écorchaient et dépeçaient les pauvres : c'était tout à fait le tableau. La médecine était perçue comme une réalité sociale de bas étage. Sous-entendu : cela n'arrivait qu'aux pauvres. Seuls les gueux étaient découpés, n'importe comment, pour réapparaître, anonymes, dans des dessins abstraits exécutés avec une infaillible précision. Au milieu des cadavres, il arrivait qu'un plaisantin glissât l'un des modèles humains en cire fabriqués à dessein : ils étaient fendus par-devant et la tripaille dégringolait. Il était difficile de distinguer le faux cadavre du vrai, car l'on fumait trop de cigares pour tuer la puanteur et l'on avait trop l'habitude de détourner les yeux dès que l'on ne travaillait pas directement. Quelqu'un plongeait sa lame dans la cire colorée et de grands éclats de rire volaient au-dessus des tables ; puis l'on se remettait à l'ouvrage et le mannequin était emporté en des lieux moins sérieux. (p. 175-176)

- Christopher Priest. Le Prestige. 1995 (Gallimard, coll. "Folio SF")
- Daniel Vaxelaire. Les Mutins de la liberté. 1995 (Phébus)
- Xavier Mauméjean. Ganesha - Mémoires de l'Homme-Éléphant. 2000 (Éditions Mnémos, coll. Hélios)
- Vikas Swarup. Meurtre dans un jardin indien. 2008 (10/18)
- Stéphane Audeguy (dir.). Des fantômes. La Nouvelle revue française n° 602. 2012 (Gallimard)
- Alain Gnaedig. L'Homme armé. 2011 (L'Arbre vengeur)

À sa droite, le Château toisait de sa hauteur de granit les grouillements de l'Old Town, ses vieux immeubles d'où montaient miasmes, toux et cris, éclats de bagarres ivrognes, gémissements de passes bon marché, effluves de bière, de gras, de choux. Et les poêles à charbon dispensaient avec ardeur leur poussière et leur suie.
À sa gauche, c'était le monde policé de la New Town, avec ses enseignes de prestige, ses banques et ses maisons de commerce. Il passa sans les voir les demeures de maître où les passions et les intrigues avaient le bon goût de se perdre dans le silence des vastes drawing-rooms, il longea un instant le Club où, à cette heure, les avocats et les hommes d'affaires ne combinaient plus. Certains s'esquivaient peut-être par une porte dérobée et rejoindraient leurs maîtresses dans l'étroite Rose Street et son alignement de pubs, de tavernes, et de lupanars discrets. (p. 12)

La nuit commençait à tomber quand l'inspecteur se mit à descendre vers Leith et le bord de mer. À mesure qu'il s'approchait, les odeurs de goudron, de varech et d'algues se firent plus fortes, accompagnées d'effluves d'eaux croupies et usées. La silhouette massive du Forth Bridge se reflétait sur le bras de mer. MacLachlan? ne pouvait s'empêcher de penser que c'était le même ingénieur qui avait dessiné les plans du Tay Bridge, lequel s'était effondré quelques années plus tôt. Encore une catastrophe. L'histoire de l'Écosse semblait irrémédiablement ponctuée par des calamités. Était-ce là un signe pour lui ? Les chantiers navals étaient désormais presque endormis et seules les grues semblaient veiller sur les carcasses de navires en construction. MacLachlan? longea les docks, avec ses masses de bois empilées, ses dépôts de tonneaux et de fûts vides qui partiraient bientôt rejoindre les distilleries, ses entrepôts de lin et de grain.
À Leith, il se dirigea vers une gargote d'ouvriers située sur le front de mer. Un chien-loup montait la garde sur le seuil. Sentant un regard posé sur lui, le chien leva la tête. De toutes les lumières qui étincelaient sur le Forth, les yeux de l'animal étaient les plus fines, et les plus expressives. Le cerbère examina MacLachlan? un moment, puis se retourna paisiblement vers la mer, pour reprendre son guet, les yeux braqués sur les ténèbres mouvantes où l'humanité jouait sans conteste le rôle le moins captivant. (pp. 92-93)

- Josephine Tey. La Fille du temps. 1951 (10/18, coll. "Grands détectives")
- Antoine Bello. Éloge de la pièce manquante. 1998 (Gallimard, coll. "Folio")
- Arthur Conan Doyle. "Un Duo" in Inédits et introuvables. 1899 (Robert Laffont, coll. "Bouquins")
- Italo Calvino. Cosmicomics. 1965 (Le Livre de poche)
- Johan Heliot. Johan Heliot vous présente ses hommages. 2013 (Les Moutons électriques, coll. "La Bibliothèque voltaïque")
- Arthur Conan Doyle. "Les Lettres de Stark Munro" in Inédits et introuvables. 1895 (Robert Laffont, coll. "Bouquins")
- Arthur Conan Doyle. "Idylle de banlieue" in Inédits et introuvables. 1892 (Robert Laffont, coll. "Bouquins")
- Arthur Conan Doyle. "Girdlestone et Cie" in Inédits et introuvables. 1892 (Robert Laffont, coll. "Bouquins")

Le jour solennel ne tarda pas à arriver, et on n'aurait pu souhaiter un temps plus beau. La matinée avait été brumeuse, mais, à mesure que le soleil avait paru, le brouillard s'était dissipé jusqu'à ce qu'il n'en restât qu'un soupçon flottant comme une plume sur les sombres murs du château d'Edimbourg, et s'enroulant en guirlandes féeriques autour des colonnes inachevées du monument national sur la Carlton Hill.
La vaste étendue des jardins de Prince's Street, entre la vieille ville et la ville moderne, était verdoyante et printanière. Les larges pelouses bien soignées contrastaient avec l'entassement bizarre des vieilles maisons maussades qui les dominent d'un côté et la grandeur massive de la montagne au-delà, qui se tient comme un lion accroupi veillant jour et nuit sur l'ancienne capitale des rois d'Écosse. Des voyageurs ayant exploré le monde entier n'ont pu découvrir un coup d'œil plus beau. (p. 630)

- Arthur Conan Doyle. "Raffles Haw" in Inédits et introuvables. 1892 (Robert Laffont, coll. "Bouquins")
- Arthur Conan Doyle. "Le Parasite" in Inédits et introuvables. 1894 (Robert Laffont, coll. "Bouquins")
- Daniel Kehlmann. Les Esprits de Princeton. 2012 (Actes Sud, coll. "Papiers")
- Céline Minard. Le Dernier monde. 2007 (Gallimard, coll. "Folio")
- Leo Perutz. Le Cavalier suédois. 1936 (Éditions Phébus, coll. "Libretto")
- Aki Shimazaki. Zakuro. 2008 (Leméac / Actes Sud)
- Allegra Goodman. Intuition. 2006 (Éditions du Seuil)
- Roy Lewis. La Véritable Histoire du dernier roi socialiste. 1990 (Actes Sud, coll. "Babel")
- Claro. CosmoZ?. 2010 (Actes Sud, coll. "Babel")
- Antoine Bello. Les Funambules. 1996 (Gallimard, coll. "Folio")
- Leo Perutz. Le Tour du cadran. 1918 (Christian Bourgois, coll. "Titres")
- Terry Pratchett. Jeu de nains. 2005 (Pocket, coll. "Fantasy")
- Arto Paasilinna. Le Lièvre de Vatanen. 1975 (Gallimard, coll. "Folio")
- Ian McEwan?. Solaire. 2010 (Gallimard, coll. "Folio")
- Antoine Bello. Les Éclaireurs. 2009 (Gallimard, coll. "Folio")
- Antoine Bello. Les Falsificateurs. 2007 (Gallimard, coll. "Folio")
- Gyles Brandreth. Oscar Wilde et le mystère de Reading. 2012 (10/18, coll. "Grands détectives")
- Sébastien Balibar. Chercheur au quotidien. 2014 (Éditions du Seuil, coll. "Raconter la vie")
- Benoît Peeters. La Bibliothèque de Villers suivi de Tombeau d'Agatha Christie. 1980 (Éditions Labor, coll. "Espace Nord")
- Pierre Bayard. Qui a tué Roger Ackroyd ?. 1998 (Les Éditions de minuit)
- Agatha Christie. Le Meurtre de Roger Ackroyd. 1926 (Le Livre de poche)
There is no comment on this page. [Display comments/form]